Le sport contre vos problèmes d’anxiété

Cet article est un article invité rédigé par Benoît du site arreter-de-se-ronger-les-ongles.com. Merci Benoît pour cet article !


L’onychophagie est un problème dont beaucoup de personnes souffrent, aussi bien les femmes que les hommes. Ce terme définit l’action de se ronger les ongles, qui devient une habitude au fil du temps. En plus de rendre les ongles inesthétiques, l’onychophagie a également des répercussions sur la santé mentale de l’individu. Il est très compliqué de se débarrasser totalement de cette manie, j’ai même créé un blog arreter-de-se-ronger-les-ongles.com qui relate les solutions possibles. Le facteur qui m’a permis d’en découdre avec ce problème, est lorsque je me suis mis à pratiquer une activité sportive de manière routinière. J’ai alors remarqué une nette diminution de mon envie de me ronger les ongles, une meilleure concentration et plus de lucidité. Ce n’est pas par hasard que la pratique du sport aide à mieux lutter contre le stress et à trouver un équilibre psychique. À travers cet article, je vais expliquer la corrélation entre sport et mon problème concernant l’onychophagie.

L’onychophagie, un problème sournois.

Quand l’envie de se ronger les ongles est irrépressible, cela indique que l’on souffre d’onychophagie. Au fil du temps, cette envie compulsive devient une habitude et se transforme en un réflexe lorsqu’on fait face à une situation stressante ou embarrassante.

Quelques facteurs sont à l’origine de ce problème qui se développe généralement durant l’enfance. L’angoisse et les stress sont les principales raisons qui amènent un individu à se ronger les ongles.

Les principales causes de stress sont dues aux examens et au travail. Les résultats scolaires sont en effet une source perpétuelle de préoccupation pour les jeunes de même pour les salariés au travail qui doivent parfois être surmenés pour atteindre leurs objectifs.

Dans l’esprit de la personne qui se ronge les ongles, cet acte est inoffensif et tout à fait naturel. Cela lui permet d’externaliser ses sentiments et de faire passer le stress.

Comment le sport diminue-t-il le stress ?

La chimie de notre cerveau :

Contre la morosité et le stress, pratiquer une activité physique régulière est peut-être la meilleure méthode naturelle. Le sport a en effet des impacts positifs sur le moral, et plus le plaisir est important, plus les bienfaits se font ressentir. Il est bien connu que le sport permet de garder une hygiène physique, mais il permet tout autant de jouer un rôle prépondérant au bien-être mental d’un individu. C’est lors de l’effort physique que le cerveau sécrète 3 substances ; l’endorphine, la sérotonine et la dopamine.

Ces réactions chimiques favorisent l’activité mentale en améliorant les prises de décision et contribuent à réduire considérablement l’anxiété chez l’individu. Lorsque tout le monde sait que le sport agit sur les muscles, peu savent que l’effort physique agit positivement sur le système nerveux :
– l’endorphine ; apaise l’anxiété et la douleur. Elle est d’ailleurs bien connue dans le milieu de la course à pied pour donner de l’énergie supplémentaire aux coureurs durant des phases de la course.
– la sérotonine ; elle peut être sécrétée intentionnellement par exemple en se remémorant des succès de notre passé ou encore lorsqu’on prend l’air et le soleil. Se charger en sérotonine permet de vous rendre plus confiant et heureux.
– la dopamine ; elle est le facteur qui permet de passer à l’action. Car la dopamine augmente la motivation et le désir d’atteindre ses objectifs. C’est le coup de pouce qui vous permet d’être assidu pour réaliser vos rêves.

Surpassement de soi-même

Ces réactions chimiques ont également des répercussions directes sur notre image personnelle, car nous sommes conscients que nous sommes plus heureux et que cela influe sur notre relation avec les autres.
Plus de bonheur se traduit par une estime de soi qui grandit. On est plus apte à prendre les choses en main, par exemple à prendre des responsabilités ou à oser tenter des choses que nous n’aurions pas faites en temps normal. La sérénité et le calme deviennent également possibles à des personnes de natures stressées ou angoissées. Mais attention, je parle exclusivement du sport sur le long terme. Même si des bienfaits sont aussi présents à court terme, pour constater de réels changements, il faut que l’activité physique soit régulière et sur une longue durée.

Meilleure réflexion

Tous ces bienfaits, précédemment cités, permettent donc de rester serein et de réfléchir calmement devant les tâches qui nous semblaient auparavant plus compliquées à accomplir. La pratique assidue d’un sport développe considérablement une force mentale et une motivation croissante si la personne a un réel objectif dans la vie. D’ailleurs, cela peut lui être utile dans d’autres circonstances de la vie de tous les jours.
Par exemple face à l’échec, une personne sportive réagira généralement d’une manière beaucoup plus positive qu’une personne ne pratiquant pas de sport. On tire plus facilement des leçons de nos échecs et cela nous aide à nous relever au lieu d’abandonner et de rester au pied du mur.

Cas personnel : les bienfaits psychologiques

Comment j’ai ressenti personnellement les changements du sport dans ma vie quotidienne ?

Honnêtement, pratiquer une activité physique régulière m’a permis de me sentir mieux dans mon corps et surtout dans ma tête. J’ai senti une nette amélioration de ma concentration au travail et concernant ma détermination à entreprendre mes projets personnels.
Par exemple lorsqu’une tâche me semblait auparavant pénible à faire, j’arrive dorénavant à me prendre en main en me disant que, quoi qu’il en soit, il faudra l’effectuer un jour ou l’autre. Je suis alors plus productif puisque je ne perds plus le temps que je perdais avant à hésiter devant un travail à accomplir. Je la traite le plus rapidement possible et ensuite je passe à autre chose.

Au niveau de mon problème avec l’onychophagie, j’ai ressenti une diminution de mon envie de me ronger les ongles, je dirais environ 70%. Alors certes, mon problème ne s’est pas totalement envolé grâce au sport, mais il a permis de réduire considérablement mon problème et m’a rendu la vie plus agréable. Pour toutes les raisons expliquées plus haut, l’activité physique permet de diminuer l’angoisse et l’anxiété ce qui s’est répercuté d’une manière positive sur mon onychophagie.

Les conséquences de la diminution de mon onychophagie m’ont permis d’avoir plus confiance en moi et d’avoir également une meilleure relation par rapport aux autres. Pourquoi ? Car mes ongles étaient en meilleur état, j’avais alors moins d’appréhension lorsque je ne cachais pas mes mains. J’étais moins embarrassé de montrer mes mains donc j’avais plus d’aisance et cela se ressentait dans mon rapport avec les autres.

Et vous ? Ressentez-vous les effets positifs du sport sur votre niveau d’anxiété ou de stress ?

À lire absolument :

Une réflexion au sujet de « Le sport contre vos problèmes d’anxiété »

  1. Bernard

    Je fais du badminton une fois par semaine, et cela m’aide à me déstresser. Cependant, c’est assez temporaire. Je pense que je vais devoir ajouter des séances de plus en semaine.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *